Jeanne d'Arc en dissonance

 

Jeanne d’Arc en dissonance est un projet né avant autour d’artistes à l’ambition identique: celle de s’exprimer à travers leur art dans une complicité amicale, et d’emporter le public avec eux dans un moment d’émotion.

Articulées autour de la figure complexe de Jeanne d’arc, d’improbables combinaisons se produisent: l’orgue associé à l’accordéon, dominés par une soprano et rythmés par un comédien qui s’invite à l’église. Un croisement de moyens d’expression autour d’une femme forte, une pucelle utilisée malgré elle à toute sorte de desseins.


Probablement la femme la plus connue et aimée depuis le Moyen-Âge à nos jours, l’image de Jeanne d’Arc est sans doute la plus manipulée de l’histoire, mais également l’une des plus grande sources d’inspiration pour les artistes de tous temps et horizons: Shakespeare, Georges Bernard Shaw, Schiller, Voltaire, ou encore Verdi, Tchaikovsky, Mermet, Langlais, ou même Dreyer, Rosselini…

 

Mais qu’aurait-elle à nous dire aujourd’hui? Comment s’exprimerait-elle?

À travers l’interprétation et la juxtaposition du choix de ces oeuvres, Jeanne d’Arc en dissonance cherche ce qui dans la voix de Jeanne résonne en nous, et ce que les choix de cette pucelle devenue sainte 489 ans après sa mort peuvent raconter aux femmes d’aujourd’hui.

Jeanne d’Arc en dissonance, est un mariage du religieux et du profane, du texte chanté et récité, des anches et des lames.

FRANCESCO BONOMO

Metteur en scène

 

Après une licence et une thèse sur le Cirque contemporain au Département des Arts Musique et Spectacle à l'Université de Rome 3, Francesco Bonomo a poursuivi son parcours académique à l'Université de Paris 8.

Il s’est ensuite formé comme comédien auprès de nombreux maîtres comme: Eugenio Barba et Torgeir Wethal (Odin Teatret), Peter Brook, Michael Margotta, Augusto Omolù, Thomas Lebart (I.S.T.A.), Pierpaolo Sepe, Francesco Della Monica, Ernani Maletta, Valerio Binasco, Thomas Ostermeier, ainsi que dans les théâtres comme le Teatro Potlach, le Teatro Tascabile de Bergame et le Circo Darix Togni.

Francesco Bonomo a travaillé avec des metteurs en scène et réalisateurs renommés parmi lesquels: Gabriele Lavia, Piero Maccarinelli, Massimo Verdastro, Pino di Buduo, Maurizio Zacchigna, Massimiliano Caprara, Matteo Tarasco, Franco Marzocchi, Fabrizio Arcuri, Paolo Rossi, Lorenzo Lavia, Michele Placido, Valerio Binasco, Henning Brockhouse, Gisella Gobbi, Jacopo Gassman, Julien Sibre et Sergio Rubini.

Il se confronte aux textes et auteurs classiques comme L’Avare et Monsieur de Pourceaugnac de Molière, Mesure pour mesure, Roméo et Juliette, La mégère apprivoisée, Beaucoup de bruit pour rien, et le Roi Lear de Shakespeare, Les Nuits blanches, Le rêve d’un homme ridicule et Crime et châtiment de Dostojewskij, Les Brigands de Schiller, et Il vero amico de Carlo Goldoni.

Toujours comme comédien il travaille sur des textes d’auteurs contemporains comme Stoppard, Lina Prosa, Marco Palladini, Letizia Russo, Tim Crouch, Dannis Kally, Natasha Radojcic-Kane, Eric Emmanuel Schmitt et Chris Thorpe.

Il signe aussi plusieurs mises en scène parmi lesquelles:
Volkslieder.3 (anthologie de fables des frères Grimm), Esopus Circus (d’après les fables d’Ésope), Oh les beaux jours et En attendant Godot de Beckett, Dentro de Edoardo Rossi Di Fratta, Le spectacle de cirque contemporain Tramudas pour le Festival de Théâtre Européen Teatro a Corte, Les Quatre Jumelles de Copi; Un homme en faillite de David Lescot pour un projet international soutenu par l’Institut culturel francais d’Athène, l’Institut de culture français de Thessalonique et l’Institut de culture italienne d’Athènes; La Paura (d’après le récit de Federico de Roberto), DJC Don Juan Club de Mozart et Da Ponte, ainsi que Carla ou dell’Amore de Carla Bianchi.

Francesco Bonomo joue également devant la caméra : R.I.S; Un Medico In Famiglia; Donna Detectiv II. Un passo dal cielo. Qualunque cosa succeda, Marcel, The Angry man et Lui è Tornato.

En 2007 il gagne le prix Olimpico (Ente Teatrale Italiano du meilleur acteur émergeant.

MARIE-PIERRE ROY

Direction Musicale

 

Marie-Pierre Roy a débuté sa formation musicale avec le violon puis le chant, dans sa ville natale de Dijon. Elle poursuivit ses études à la haute école de musique puis celle d'opéra de Stuttgart auprès de Francisco Araiza et Bernhard Gärtner, empochant ses diplômes en chant, Violon et pédagogie, puis complète sa formation auprès de Dunja Vejzovic, et Cristina Piperno.

À son répertoire se trouvent : la Passion selon St. Jean, l'oratorio de Noël et le Magnificat de Bach, Susanna et le Messie de Haendel, l'Ode à la joie de Beethoven, le Requiem allemand de Brahms, le Te Deum de Bruckner, le Stabat mater de Dvořák, Elias de Mendelssohn, le Requiem de Mozart et la petite messe solennelle de Rossini. Le répertoire moderne n'est pas en reste : Les mystères du grand Macabre de György Ligeti ou encore Trois airs pour un opéra imaginaire de Vivier.

En 2014 paraît chez Carus Warum toben die Heiden, un CD de Cantates de G.A. Homilius   dans lequel elle chante les parties de soprano solo.

Sur scène elle a chanté Nanetta dans Falstaff de Verdi, Eva dans Paradise reloaded (Lilith) de Peter Eötvös dans sa création allemande, the crowd, the child, et the stranger dans Into the Little Hill de George Benjamin, die Königin der Nacht dans die Zauberflöte de Mozart, une Blumenmädchen lors de la création de Mondparsifal (Ersatzmutter der Abwehr) de Bernhard Lang, et die Schneekönigin dans l’opéra du même nom de Marius Felix Lange.

Le mélange de différentes formes d'art intéresse aussi Marie-Pierre. Elle participe à la Performance Wardian Case lors du Festival Eclat de Stuttgart en 2014, et chante sur des mises en scènes d'oeuvres concertantes: les Poslanija pokojnoj R. V. Trusovoj de György Kurtág, Carmina Burana de Karl Orff, ou Elias de Mendelssohn.

Elle remporte de nombreux prix : en 2015 le prix de la mélodie et celui du public lors des Symphonies d’automne, en 2016 le prix de la fondation Bronnbach lors du concours Debüt, en 2017 le prix de la critique au concours Beppe de Tomasi, et en 2018 le prix du public au concours Bazzini, ainsi que le troisième prix du concours Francesco di Paola.

Marie-Pierre a travaillé aux côtés de chefs comme John Axelrod, Sylvain Cambreling, Gabriel Feltz, Gabriele Ferró, Claus Peter Flor et Simone Young, ainsi que des metteurs en scène tels que Roberto Andó, Andreas Bode, Stefan Huber, Helen Malkowsky, Jonathan Meese, Jenke Nordalm ou encore Bernd Schmitt.

Elle s'est produite sur les scènes des théâtres de Chemnitz, Dortmund, Naples, Rijeka, le Teatro Massimo à Palermo, le Staatstheater- Kammeroper- et le Theaterhaus de Stuttgart ainsi que le Theater an der Wien, dans des églises prestigieuses comme les cathédrales de Strasbourg ou Naples, ou encore des salles de concert renommées comme la Liederhalle de Stuttgart, le Gewandhaus Leipzig ou l'auditorium Verdi à Milan.